On les repousse mais pourtant ils finissent dans notre bouche

Ils arrivent ! Après avoir tenté de les chasser à maintes reprises de chez vous, vous trouvez à présent qu’ils ont « bon goût ». L’insecte tant redouté finit par être apprécié. Il faut savoir que la vente d’insectes augmente de 50% chaque année. Cela suppose que sa consommation devient de plus en plus tendance.

 

La question est la suivante : l’insecte est-il l’avenir de l’homme ?

  1. Des insectes dans nos assiettes : quelques précautions avant de passer à table
  • « Est-ce que je peux manger des insectes ? »

Manger des insectes est fortement déconseillé aux personnes souffrant d’allergies aux crustacés. En effet, les insectes contiennent les mêmes allergènes que ces derniers.

Dans le cas de la femme enceinte, il n’existe à l’heure actuelle, aucune contre-indication en vigueur. Néanmoins, il est déconseillé pour une femme enceinte de consommer des aliments inconnus durant sa grossesse.

  • D’où proviennent les insectes et sont-ils de bonne qualité ?

D’ici quelques années, le fait de manger des insectes deviendra « normal » !

Pour éviter les mauvaises expériences, il est conseillé de se renseigner sur la provenance des insectes. Hélas, dans la plupart des cas, les produits importés d’Asie et d’Afrique ne répondent pas aux mêmes normes sanitaires qu’en Europe et les insectes sont souvent élevés différemment.

  • Par quels insectes commencer ?

Il est préférable de commencer par des insectes assaisonnés et déshydratés, ou même par des barres protéinées à la farine d’insecte qui retirera toutes barrières visuelles au produit si vous n’en avez jamais consommé.

 

  1. La consommation d’insectes par région
  • La consommation d’insectes en ASIE

La consommation d’insectes est au cœur de toutes les coutumes en Asie. La Thaïlande est le pays où on mange des insectes toute la journée, qu’ils soient crus où cuisinés. Le Japon et la Chine se nourrissent de larves et nymphes qu’ils utilisent pour le thé notamment.

  • La consommation d’insectes en AFRIQUE

Les chenilles et les termites sont les insectes les plus appréciés et consommés en Afrique mais ce ne sont pas les seuls. De nombreuses autres sortes ou espèces sont consommées de manière importante, que ce soit pour des raisons liées à l’économie, l’écologie ou à la nutrition.

  • La consommation d’insectes en EUROPE

Les pays européens ne sont pas les plus friands d’insectes, mais cette façon de se nourrir semble peu à peu se développer. Il existe de plus en plus de site internet qui proposent des insectes aromatisés ou nature et sous toutes leurs formes : crus, cuits, déshydratés, etc.

Les insectes préférés des européens seraient les vers de farines, les grillons et les fourmis. Idéal pour l’apéro entre amis et/ou en famille ?

 

  1. À vous de voir

Comme tout aliment, la consommation de produits à base d’insectes présentent :

– Des avantages :

  • Des aliments riches en protéines : le taux de protéines des insectes comestibles est supérieur à ceux des végétaux et de la viande ;
  • Ils pourront permettre de nourrir 9 milliards d’individus d’ici 2050 : pour satisfaire les besoins de la population mondiale en 2050, la production de viande va devoir doubler. C’est pourquoi la production et la consommation d’insectes va devenir une nécessité ;
  • Un élevage avec un faible impact environnemental : l’élevage industriel est l’une des principales causes du changement climatique. L’élevage d’insectes comestibles produit beaucoup moins de gaz polluants que les élevages porcins et bovins. Produire un kilo de vers de farine entraîne l’émission de 10 à 100 fois moins de gaz à effet de serre que produire un kilo de viande de porc. L’élevage d’insectes est ainsi une alternative pour la production de protéine animale à faible impact environnemental ;
  • Une source de nourriture plus sûre : les insectes, en tant qu’aliments, transmettraient moins de maladies à l’Homme que la viande. Les animaux que nous consommons sont beaucoup plus proches des humains dans l’arbre de l’évolution que les insectes. De ce fait, les humains et les animaux ont beaucoup de maladies communes. Les récentes grippes aviaires et porcines en sont le parfait exemple ;
  • Une meilleure rentabilité : les animaux transforment toute la nourriture qu’ils mangent non seulement pour se développer mais aussi pour se chauffer. La majorité de ce qu’ingèrent les insectes est dédiée à leur croissance car ils ne produisent pas de chaleur. Par exemple, avec 10 kg d’aliments, seulement 1 kg de viande bovine est produit contre 9 kg d’insectes. Ainsi, produire de grosses quantités de protéines nécessite moins de produits agricoles.
  • Une alternative aux productions animales intensives : l’élevage intensif permet d’augmenter le rendement et répondre à la demande. Ces élevages confinent les animaux dans des cages et l’espace disponible est réduit au minimum vital. Des maladies apparaissent fréquemment et entraînent l’utilisation massive d’antibiotiques et d’anxiolytiques ;
  • Participer au maintien de la biodiversité : même si les élevages d’insectes à des fins alimentaires ont tendance à se développer, une grande majorité des insectes consommés provient de prélèvements en milieux naturels. Non contrôlés, ils peuvent mettre en danger les espèces. L’élevage permet de réduire ces prélèvements en milieux naturels par un approvisionnement fiable en insectes comestibles. L’élevage peut aussi réduire la pollution organique en recyclant les déchets agricoles.

– Des inconvénients :

  • Le risque d’allergie : le corps ne peut ne pas tolérer les insectes.
  • Le risque d’empoisonnement : de nombreux insectes ont des mécanismes de défense comme par exemple un dard, ou sont porteurs de maladies qui peuvent être mortelles pour l’Homme.

 

Il n’y a pas de distinction particulière entre les insectes et les produits que nous consommons aujourd’hui. Chacun est libre d’en avoir dans son assiette ou au contraire de les chasser à coup d’insecticide. Toutefois, il faut savoir que ces « fruits de terre » peuvent être « la » solution pour nourrir l’ensemble de la population mondiale qui ne cesse d’augmenter.

Administrator

Leave a comment

Please enter comment.
Please enter your name.
Please enter your email address.
Please enter a valid email address.